EN
FR
DE

    

Les Contes d’Hoffmann, Nancy Opéra Passion/Théâtre de Saint-Dizier

        OPÉRA MAGAZINE, Thierry Guyenne, novembre 2022

« On remarque particulièrement Paul Gaugler, qui apporte à Hoffmann son autorité et son engagement dramatique, avec une voix corsée et percutante »


La Petite Messes solennelle - Les Invalides, Paris, 11 octobre 2022, Münchner Symphoniker, Lucie Leguay

        CONCERTCLASSIC.COM, Laurent Bury, 11 octobre 2022

« Remplaçant in extremis NN, Paul Gaugler fait mieux que sauver la soirée, avec des couleurs peut-être plus héroïques que l’on n’en entend en général dans cette œuvre, mais tout à fait convaincantes. »


        OLYRIX, Emmanuel Deroeux, 12 octobre 2022

« Le ténor NN remplacé la veille, cède la place à Paul Gaugler (…) Le chanteur ne manque en effet pas d’assurance. Son timbre riche, au registre grave agréablement assombri, porte avec vaillance le Domine Deus. »


        PREMIÈRE LOGE-OPÉRA, 14 octobre 2022

« Paul Gaugler, ténor au timbre délicat, plein de vaillance dans son Domine Deus, qui remplaçait au pied levé NN » 


Récital - Cercle Richard Wagner de Paris, Journée Proust, 26 mars 2022

        LA LETTRE DU CYGNE, Chantal et Alain Barove, printemps 2022

Récital Paul Gaugler & Cyril Plante :

« Paul est un ténor héroïque, dont la voix timbrée aux aigus brillants et au riche médium, est idéale pour le répertoire de Wagner. Mais il sait aussi la canaliser pour interpréter, en première partie du récital, des mélodies de Reynaldo Hahn et Gabriel Fauré. Il nous a surpris et intéressés en déclamant des poèmes de Marcel Proust intitulés « Portraits de peintres », mis en musique par Reynaldo Hahn. »


Der Kaiser von Atlantis - Grand Théâtre de Provence 2022

        OLYRIX, Florence Lethurgez, 7 janvier 2022

« Les rôles d’Arlequin et du Soldat sont tenus par le ténor Paul Gaugler, qui conjugue aisance vocale et élégance théâtrale. L’instrument s’allume après quelques secondes et confère à sa ligne de chant l’aspect d’un serpentin doré, lunaire, qui oppose son énergie pacifique, mais solidement ancrée, aux personnages belliqueux ou sombres du plateau. »


        CLASSIQUEENPROVENCE, François Jestin, 5 janvier 2022

« Vocalement, le ténor Paul Gaugler impressionne par ses notes très aiguës »


Récital - Opéra national de Bordeaux - 11 mars 2020

        FORUM OPERA, 12 mars 2020, Jean-Claude Meymerit

Récital Paul Gaugler & Jean-Marc Fontana :

« le ténor strasbourgeois Paul Gaugler propose un programme surprenant et alléchant allant d’extraits de La Walkyrie, de La Damnation de Faust, d’Ariane à Naxos, de Norma, de Fedora… Son imposant timbre barytonnant ne l’empêche pas de passer dans les notes les plus aiguës avec maîtrise et facilité. »


Récital - Festival Rencontres musicales au Château d’Ainay-le-Vieil - 20 août 2022

        SQUIRELITO squirelitoblogspot.com

Récital Paul Gaugler & Yann Kerninon :

«Enfin, le moment tant attendu, redouté en même temps puisque l’écureuil est sans pitié pour les ténors… Au milieu des arbustes et sous les arbres, Paul Gaugler a offert un récital allant de Faust au Pays du sourire (et combien de sourires se sont dessinés sur les visages du nombreux public présent) en passant par des mélodies de Reynaldo Hahn et des airs ukrainiens. Noisette sur la partition, un bis de toute beauté avec le fameux « Amor ti vieta » de Giordano » Heureusement, Eole avait décidé de porter ses ailes vers d’autres horizons, ce qui a permis au ténor de n’affronter que les notes sans instruments à vent ! Voix claire mais avec des intonations plus sombres pour sublimer le timbre, aucun vibrato, parfaite diction avec un phrasé de velours. Voix catalysée par l’accompagnement au piano de Yann Kerninon, justesse et précision avec ce quelque chose en plus qui personnifie chaque œuvre. Bref, je suis restée pour la deuxième séance…»


Tristan (création de Gérald Atlan) - Agora du Crès, Montpellier

        MIDI LIBRE, Michèle Fizaine, 9 mars 2022

«Le ténor Paul Gaugler se fait idéal comme Tristan»


Dante - Opéra de Saint-Étienne 2019

        OPÉRA MAGAZINE, Patrice Henriot, 4 avril 2019

« Dans une implication complète et une intelligibilité qui rend superflu le sur-titrage, le ténor Paul Gaugler assume vaillamment le rôle écrasant et changeant du poète, du gonfalonier, de l’exilé, de l’initié à la recherche du savoir. La richesse du médium ne compromet pas le passage à l’aigu, souvent sollicité. »


        DIAPASON, Gérard Condé, 19 mars 2019

« Exigeante pour les voix, la partition a trouvé ... en Paul Gaugler un Dante tout feu tout flamme »


        ANACLASE, Bertrand Bolognesi, 10 mars 2019

« La main de Benjamin Godard ne ménagea ni le baryton ni le ténor. Aussi Paul Gaugler, ayant à dominer une partition redoutable qui nécessite tant de souplesse que d’endurance, s’en sort-il haut la main, usant d’un aigu brillant mais jamais persifleur dans une incarnation de belle tenue. »


        OLYRIX, Emmanuel Deroeux, 09 mars 2019

Dante de Godard ressuscité à l’Opéra de Saint-Étienne

« Le personnage principal est incarné par Paul Gaugler, ténor aux accents héroïques, scéniquement sûr et maître de sa technique vocale, avec une certaine légèreté dans la conduite de ses phrasés mais une voix se montrant souvent tranchante »


        RESMUSICA, Marie Bertrande Flous ,13 mars 2019

« Sur scène, le détenteur du rôle-titre, Paul Gaugler, détient l’essentiel des attributs héroïques. Un physique avantageux bien sûr, une ligne de chant fine et agréable ensuite. La délicatesse de son timbre et une diction parfaitement travaillée (…) une plasticité vocale agréable. »


        LE PROGRÈS, Martine Goubatian, 09 mars 2019

« Paul Gaugler, en haut à droite, endosse le lourd rôle de Dante … une diction parfaite à tel point que le surtitrage devient superflu. Paul Gaugler dans le rôle-titre, très difficile à tenir sur la longueur, montre une belle épaisseur. »


Faust - Opéra de Poznan 2019

        KULTURA U PODSTAW, Piotr Urbański, novembre 2019

« Paul Gaugler. Son Faust était vraiment excellent. Brillant mais voix mûre, belle couleur, pas de difficultés dans les plus hautes notes. Très impressionnant aussi bien vieux que jeune héros. Aucun doute doute sur sa sensibilité et son émotion envers Marguerite. Une brillante fascination dans les yeux. Je pense que vous serez captivés par son Chevalier Des Grieux en mai et juin (Opéra de Poznan). Apparemment, Paul a été le meilleur Faust que j’ai entendu cette année, y compris à Berlin. »


Le Journal d'un Disparu - tournée Arcal, La Pop, Festival d’Île de France, Paris

        LE FIGARO, Thierry Hillériteau, 11 avril 2016

« le ténor Paul Gaugler impressionne autant par la qualité de son chant que par sa diction. »


        CONCERTCLASSIC.COM, Jean-Charles Hoffelé, janvier 2016

« Quant au « Disparu » il reviendra à Paul Gaugler qui depuis son Octavio des Fêtes Galantes pour William Christie a fait bien du chemin : il est l’un de nos plus beaux jeunes ténors... »


        WEBTHEATRE, Caroline Alexander, 10 avril 2016

« ... la souplesse - physique et vocale... Clarté mêlée de violence intérieure de Paul Gaugler... »


Gala du Nouvel An - Théâtre municipal de Bastia

        CORSE MATIN, JMR, 27 décembre 2019

« Le ténor Paul Gaugler impressionne autant par son lyrisme solaire que par la puissance de ses aigus. »


Nietzsche/Wagner : le Ring - Athénée Théâtre Louis-Jouvet, Paris

        MUSIKZEN, François Lafon, 4 mai 2012

« Les chanteurs sont valeureux - à commencer par Paul Gaugler, Siegfried tel qu’on le rêve »


        CHANTEUR.NET, Alain Zürcher, 2 mai 2012

« Paul Gaugler a le physique et le timbre d'un "jugendlicher Heldentenor". »


        CONCERTO.NET, Simon Corley, 11 mai 2012

« ... et, plus encore, le Siegfried solide et musical de Paul Gaugler, déjà remarqué dans Katia Kabanová aux Bouffes du Nord en janvier dernier, n’a pas de mal à s’imposer. »


Concours international de Belcanto Vincenzo Bellini

        OPÉRA MAGAZINE, Thierry Guyenne, décembre 2013

« Le ténor français Paul Gaugler a montré des moyens impressionnants : vocalises di forza dans l’Armida de Rossini, suraigus percutants dans I puritani et Il pirata. Sa solide technique et son indéniable autorité lui ont valu le Prix Spécial pour la meilleure interprétation d’un air en français, grâce à La Favorite. »


        CLASSIQUENEWS.COM, Adrien De Vries, 13 février 2013

« C'est l'occasion de découvrir deux voix parmi les plus prometteuses d'aujourd'hui, remarquées par le jury du Concours International Vincenzo Bellini. (...) Valeria Tornatore et Paul Gaugler, deux timbres et deux tempéraments à suivre désormais. »


Kat'a Kabanova - Théâtre des Bouffes du Nord, Paris

        CLASSICAGENDA, Constance Clara Guibert, 19 décembre 2014

«Paul Gaugler, son jeu et sa voix, trop parfaits...»


Kat'a Kabanova - Théâtre et Auditorium de Poitiers

        CLASSIQUENEWS.COM, Hélène Biard, 9 mai 2013

« Le jeune ténor alsacien Paul Gaugler campe un Boris séduisant tant scéniquement que vocalement ; le jeune homme, que nous avions déjà salué à l'occasion du concours international Bellini, a une voix chaleureuse, ronde et parfaitement maitrisée. »


Kat'a Kabanova - Théâtre des Bouffes du Nord, Paris

        LE FIGARO, Armelle Héliot, 1er février 2012

« Boris, sincère et entêté, est très bien défendu par Paul Gaugler. »


        RESMUSICA, Franck Langlois, 28 janvier 2012

« Campant un Boris sincère et insouciant, Paul Gaugler a excellemment compris combien l’émission vocale propre à la langue tchèque induit un raffiné et précis travail des registres vocaux. »


        THE PARISER, Jean-François Bouthors, 24 janvier 2012

« Paul Gaugler est criant de vérité en Boris jeune homme sincère »


 - Le Démon - Opéra national de Bordeaux

        CLASSIQUENEWS, 19 février 2020, Lucas Irom

« Parmi les personnages ayant relief : Paul Gaugler en Messager (prestance et intensité, comme son Dante, révélé à Saint-Etienne) »


        AVANT SCÈNE OPÉRA, 9 février 2020, Pierre Flinois

« La distribution n’y contribue pas moins, alors qu’elle est loin d’être majoritairement russe, puisqu’elle intègre deux français, avec la courte mais parfaitement dense intervention en Messager de Paul Gaugler »


        ÔLYRIX, 31 janvier 2020, José Pons

« Paul Gaugler (ténor) incarne avec un bel éclat - les moyens sont aisés et larges - le Messager. »


        TOUTE LA CULTURE, 31 janvier 2020, Gilles Charlassier

« l’éclat vigoureux de Paul Gaugler »


        CONCERT CLASSIQUE, 29 janvier 2020, Alain Cochard

« Respectivement Serviteur et Messager Luc Bertin-Hugault et Paul Gaugler sont impeccables. »


        RES MUSICA, 3 février 2020, Jean-Luc Clairet

« le solide Messager de Paul Gaugler »


        OPERA ON LINE, 7 février 2020, Emmanuel Andrieu

« Last but not least, les rôles de la Nourrice (Svetlana Lifar), du Serviteur (Luc Bertin-Hugault) et du Messager (Paul Gaugler) sont ici admirablement servis. »


        FORUM OPERA, 31 janvier 2020, Christophe Rizoud

les seconds rôles français – Paul Gaugler (le Messager), Luc Bertin-Hugault (le Serviteur) – ou grec – Alexandros Stavrakakis (Goudal) – ne déparent pas l’ensemble.


Elektra - Opéra national de Bordeaux

        OLYRIX, Paula Gaubert, 31 mai 2018

Elektra à Bordeaux, une orgie de chant et de musique paroxystique !

« ... le ténor Paul Gaugler, (le jeune serviteur), est impressionnant dans le registre très aigu... »


        FORUM OPERA, Yannick Boussaert, 5 juin 2018

« Paul Gaugler, jeune serviteur en quête d’une monture et particulièrement agile vocalement. »


        OPERA ONLINE, Emmanuel Andrieu, 30 mai 2018

Une Elektra d'anthologie à l'Auditorium de Bordeaux

« Enfin, la même marque d’excellence touche tous les « petits » rôles : Paul Gaugler en Jeune serviteur »


        TOUTE LA CULTURE, Gilles Charlassier, 31 mai 2018

Elektra à l’Opéra national de Bordeaux, l’élégance et l’incandescence « Paul Gaugler, en jeune serviteur bien sonnant »


Lucia di Lammermoor - Opéra national de Bordeaux

        RESMUSICA, Charlotte Saulneron, 9 avril 2018

« Mené d’une main de maître par Paul Gaugler en Normanno »


        OPÉRA MAGAZINE, Pierre Cadars, juin 2018

« L’Opéra National de Bordeaux a réuni une distribution en très grande majorité française. Comment ne pas s’en féliciter, lorsque cela nous permet d’entendre, dans des rôles où ils donnent le meilleur d’eux-mêmes, la basse Jean Teitgen, la mezzo Albane Carrère, les ténors Thomas Bettinger et Paul Gaugler ? »


        DIAPASON, Didier Van Moere, 9 avril 2018

« Les rôles secondaires n'ont pas été négligés : (…) Normanno tortueux de Paul Gaugler. »


        OLYRIX, Stéphane Lelièvre, 7 avril 2018

« ... une distribution très intéressante qui, côté masculin, convoque la fine fleur du chant français. (…)»


Lohengrin - Opéra national de Montpellier

        FORUMOPERA, Maurice Salles, 16 octobre 2016

« ... les nobles du Brabant sont sans reproche - Jean-Vincent Blot, Florent Cafiero, Paul Gaugler et Julien Véronèse - »


La Petite Renarde rusée - Opéra de Massy

        CLASSIQUENEWS.COM, Pedro-Octavio Diaz, 5 juin 2016

« Incarnant le malheureux Instituteur, Paul Gaugler anime son timbre ciselé de ténor avec une verve et une véritable excellence. On retrouve avec plaisir une expressivité solaire et herculéenne qui sculpte la partition de Janacek sans perdre les nuances du texte. »


La Petite Renarde rusée - Athénée, Théâtre Louis Jouvet, Paris

        OLYRIX, Adrien Alix, 21 mars 2017

« Le ténor Paul Gaugler, qui joue notamment l’Instituteur, nous fait sombrer dans le lyrisme déroutant de l’écriture de Janáček… discourant de physique newtonienne et d’amour, l’Instituteur se lance dans des bribes mélodiques, toujours sublimes… Les sonorités de la langue tchèque augmentent encore l’étrangeté de cette écriture, et emportent le public dans des forêts fantasques. »


La Petite Renarde rusée - tournée Arcal

        FORUMOPERA.COM, Laurent Bury, 16 janvier 2016

« Remarqué dans la Katia Kabanova présentée en 2012 aux Bouffes du Nord, Paul Gaugler est un Instituteur délicieusement désemparé. »


        CONCERTCLASSIC.COM, Alain Cochard, février 2016

« On ne résiste pas plus (...) à l’instituteur de Paul Gaugler... »


        L'ALSACE, Ursula Laurent, 27 janvier 2014

Le portrait du lundi « Paul Gaugler, un ténor qui sait mourir sur scène »


Concours international de Belcanto Vincenzo Bellini

        DERNIERES NOUVELLES D’ALSACE, 5 novembre 2013

«L’Ange si pur tiré de La Favorite, de Donizetti, lui a porté chance: le jeune ténor alsacien Paul Gaugler vient de recevoir le prix spécial à l’unanimité du jury, de la meilleur interprétation d’un air en français, au concours international de Bel Canto Vincenzo Bellini… Formé au conservatoire de Strasbourg, le jeune chanteur poursuit une belle carrière internationale.»


Les Sacrifiées - Opéras Rouen, Reims, Maison de la musique de Nanterre...

        CONCERTO.NET, Simon Corley, 2008

« La distribution vocale comprend des rôles secondaires masculins, solidement tenus par (...) le ténor Paul Gaugler... »


Tutti all'opera! - Cirque d’Hiver Paris

        ODB OPÉRA, Anh Tuan Nguyen, 13 mars 2011

« Le ténor Paul Gaugler revient pour l'inévitable « Nessun dorma » de Puccini, où il confirme qu'il est le choix idéal, avec sa voix ronde et son émission très lyrique. »